"Comme des fantômes" - Fabrice Colin

Fabrice Colin est mort! Le saviez-vous?


+++ La quatrième de couverture +++

Que se passe-t-il quand un auteur abandonne ses personnages ? Quand l'Alice de Lewis Carroll oublie de fêter ses cent trente ans ? Quand Peter Pan entend vous faire payer ses orientations sexuelles ? Que se passe-t-il lorsqu'un lecteur est pris au piège d'un cadavre d'histoire, qu'un détective devient fabricant de spectres ou que la mort d'un poète fait surgir une forêt ? Expert en fantômes et en fées, docteur ès faux-semblants et machinations troubles, Fabrice Colin possédait sur ces questions - et sur d'autres - des avis très personnels. C'était avant 2005 : avant qu'un incendie accidentel ne mette un terme brutal à ce qu'il appelait lui-même " ma petite carrière d'ombres ". Ce recueil de nouvelles se veut hommage autant qu'étude; s'y dévoile une personnalité tourmentée et complexe dont les textes ici présentés ne sauraient suffire à épuiser pleinement le mystère. Suicide ou disparition ? Mythomanie chronique ou soif d'histoires compulsive ? La réponse, si elle existe, se trouve à l'intérieur.


+++ Mon avis +++

Fabrice Colin est mort! Le saviez-vous? Certes cela fait moins de bruit que la disparition de Houellebecq, mais au moins ça lui vaut un livre, un beau recueil d'histoires sauvées du feu, rien que pour lui! Mais bon, comme pour ce dernier, personne n'est pas dupe : Fabrice Colin n'est pas mort.

Derrière cette couverture plus ou moins réussie se cache un sympathique recueil de nouvelles. Fabrice Colin nous offre ici toute une série de divagations fantaisistes, d'élucubrations délirantes et de mythomanies caractérisée. A mon humble avis, on enferme les gens pour moins que ça. D'ailleurs c'est à croire que Fabrice Colin est un échapé de l'asile... peut-être de cet endroit pour aliénés dont on nous parle plus d'une fois dans les introductions aux nouvelles.

Si je ne peux préntendre avoir accroché sur toute la longueur de l'ouvrage, je ne peux nié le fait que je me laisse porté par la plume de Fabrice Colin. Il y'a un je-ne-sais-quoi dans son écriture qui fait ça coule tout seul, qu'on se laisse porter et que les pages tournent toutes seules. C'est clairement un point positif et on reconnaît là le côté très professionnel de monsieur Colin. Pour les histoires, soyons clair : on est en pleine divagation hallucinée. L'auteur nous livres des textes qui s'égarent dans des fantaisies ombrageuses ou des détournements mythomaniaques des classiques de l'imaginaire anglo-saxon comme Alice de Lewis Caroll ou bien Peter Pan. Pas le genre de textes à mettre entre de jeunes mains d'ailleurs, sinon gare au traumatisme! Mais Fabrice Colin nous livre ces divagations avec un savoir-faire consommé, sachant jouer des rythmes et des mots, insinuant parfois un humour pince sans rire agréable ou au contraire un ton plus dramatique. Bref, ce recueil est un petit plaisir bien agréable, plutôt foutraque et carrément dérangé, mais un plaisir tout de même. Peut-être pas le livre qui restera comme mon préféré de Colin n'ayant pas toujours tout apprécié au même niveau car certains textes tiennent plus de l'exercice de style qu'autre chose ou alors cela est dû à un certain manque de culture anglo-saxone qui me fait perdre le plaisir du délire dans la comparaison. Néanmoins, "Comme des fantômes" est un recueil qui se laisse lire de manière fort agréable.

Pour ce qui est de chaque textes, difficiles de les expliquer. Cependant on tourne toujours autours de la fantasy, ou plus précisément dans ce que l'on appellera plus le merveilleux. On retrouve d'ailleurs ici deux textes de Colin issus du "Panorama illustré de la fantasy & du merveilleux" de André-François Ruaud.

Quant à découvrir Fabrice Colin, je conseillerais bien autre chsoe de lui, genre un roman. Mais à bien y penser, je ne sais pas quoi vu que je n'ai pas encore lu grand chose de cet auteur (honte sur moi?). Par contre pour qui aime le déglingué mythomaniaque, il y trouvera son bonheur. J'applaudis également le fait que Folio SF publie un recueil un peu particulier tel que celui-ci et uniquement centré sur un auteur francophone plutôt que sur un des vénérables ancêtres bien connus de la SF anglo-saxone! A découvrir donc... Mais attention à ne pas vous égarer dans les limbes hallucinées de l'imaginaire tourmenté de Fabrice Colin! Vous pourriez vous y brûler...


+++ Mais encore +++

Mes autres lectures de Fabrice Colin ainsi qu'une interview sur ce blog.


+++ Le livre +++
  • Poche: 475 pages
  • Editeur : Editions Gallimard (27 mai 2011)
  • Collection : Folio SF
"Comme des fantômes" - Fabrice Colin "Comme des fantômes" - Fabrice Colin Reviewed by Julien le Naufragé on dimanche, octobre 09, 2011 Rating: 5

8 commentaires:

  1. Je me souviens avoir été terrifié, quand, en découvrant la première édition de cet ouvrage chez "Les moutons électriques", j'ai vraiment cru à la mort de Fabrice Colin que je tenais pour une étoile montante de la littérature de l'imaginaire. Le livre m'était tombé des mains, je ne l'avais même pas acheté tellement j'étais abasourdi de l'annonce de cette mort stupide.
    Et puis quand j'ai vu le bon rythme de parution de "La brigade chimérique", et qu'on m'eut révélé la supercherie, j'ai trouvé la blague d'un goût fort douteux.
    Bien que je continue d'aimer le travail du bougre, je lui tirerais bien les oreilles en pointe pour ce coup-là.
    Content tout de même de voir une réédition de poche. C'est vrai que ça nous change des têtes d'affiches outre-atlantique.

    RépondreSupprimer
  2. Ouhlàààà. J'ai beau aimer la plume de Colin (autant que toi?) je ne sais pas si la divagation hallucinée va réussir à m'emporter (je suis un public assez difficile concernant les nouvelles). Bon quand même, je l'ai dans ma biblio ! Il faudra que je pense à le lire ^^

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai acheté juste pour sa couverture édition Moutons. A l'époque je ne savais même pas qui était Fabrice Colin (j'avais lu une nouvelle de lui et je me souvenais même pas qu'elle était de lui xD). Je me souviens plus du délire sur sa mort (qui m'avait bien fait rire) que des nouvelles en elles-mêmes (à part quelques unes). La mise en scène est vraiment chouette ^^

    RépondreSupprimer
  4. je suis en train de finir dreamericana avec une grande passion, et vu ta chronique, il y a de fortes chances que mon prochain colin soit celui là !
    une super plume a qui il ne manque qu'un chef d'oeuvre

    RépondreSupprimer
  5. @ Marcel : On est d'accord, la blague peut être d'un goût douteux, peut-être amusante dans la sphère SF, entre amis. Pour les autres, on ne sait pas forcément quoi en penser. Mais bon, ça fait partie du jeu... Prochaine lecture du gaillard, ce serait bien "Dreamericana".

    @ AcrO : Si tu n'es pas à fond nouvelle et délires hallucinés... hé bien, ça passera, ou pas du tout du tout. Mais si tu l'as déjà, il ne te restera plus qu'à tenté l'aventure débridée.

    @ Calenwen : C'est clair que les mises en scène et scénario, s'ils sont barges, sont tout de même bien trouvé. Le Peter Pan vu sous cet oeil fait presque froid dans le dos! ;-)

    @ Lord Orkan Von Deck : J'irai voir ce que tu en dis de "Dreamericana". Cela me poussera peut-être à le sortir de ma PàL plus tôt que prévu! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Je crois qu'on ne m'enfermerait pas dans le même asile que Fabrice Colin, j'ai souvent bien du mal avec ses délires...

    RépondreSupprimer
  7. Je tiens "Dreamericana" comme son plus abouti, le plus sensible en tous les cas. Et puis, il y est question de Kubrick, alors...

    RépondreSupprimer
  8. @ SBM : C'est clair que ce genre de délires ne passent pas toujours bien. Cela dit j'avais adoré son "A vos souhaits". Prochainement je m'attaquerai à Winterheim pour le magazine Encre Noire... On verra ce que cela donne, mais le style devrait être différent.

    @ Marcel Trucmuche : Il faudra que je lise cela alors. Mais je pense lire Winterheim avant, j'ai l'intégrale en lecture de prévue prochainement pour le mag Encre Noire. Mais je garde Dreamericana au chaud dans un coin! ;-) Merci pour le conseil.

    RépondreSupprimer

Concours

Fourni par Blogger.