"Marcher" - Henry David Thoreau

"Marcher" - Henry David Thoreau

Court ouvrage à petit prix qui permet de découvrir un essai du grand Henry David Thoreau. Oui, je suis assez fan de ses écrits sur la nature, tel son "Walden", mais lire son avis sur la marche est très intéressant car cette action, selon lui, nous rapproche de ce qu'il appel le "sauvage" et par là nous connecte à ce qu'il y a de plus vivant en nous.


"Marcher" de Henry David Thoreau


Ainsi s'ouvre cet essai d'Henry David Thoreau, l'auteur du célèbre "Walden" :

Je voudrais me faire l'avocat de la Nature, de la liberté absolue et de la vie sauvage qu'on y trouve, par contraste avec la liberté et la culture simplement policées. Je souhaite considérer l'homme comme un habitant ou une partie intégrante de la nature plutôt que comme membre de la société.

Dans ce court ouvrage au prix très attractif de 3 euros, on retrouve un essai, ou plutôt une conférence sur la marche donnée par Thoreau en 1851. L'ouvrage s'ouvre sur une belle introduction de Michel Granger où il livre son analyse du texte au regard de l'oeuvre de l'écrivain. Pour Thoreau, "marcher" serait équivalent à "sauvage" car pour lui, le marcheur serait le plus compétent pour parler de la nature sauvage.

Je crois que pour préserver ma santé et ma bonne humeur, il me faut passer au moins quatre heures par jour - et souvent beaucoup plus - à me promener à travers bois, par monts et par vaux, absolument libre de toute contingence matérielle.

Mais pour Thoreau, marcher c'est aussi l'art de la flânerie dans un monde porté par des valeurs protestantes pour qui le travail seraient le but de la vie. Flâner, c'est résister. Marcher, c'est être libre. Pour Thoreau, marcher en pleine nature est un art de vivre, une forme de culture de soi, un acte essentiel pour toute l'humanité.

Ses marches, outre le fait d'être une manière de se guérir d'un excès de civilisation urbaine sont aussi une exploration méthodique des environs de Concord. Il observe la nature, les marques, a rendez-vous avec tel arbre ou telle fleur.

La vie s'accorde avec l'état sauvage, et ce qui est le plus vivant est le plus sauvage. Quand elle n'est pas encore asservie à l'homme, elle le rafraîchit de sa présence. Quiconque irait toujours de l'avant sans jamais prendre de repos et grandirait vite en exigeant infiniment de la vie, se retrouverait dans une contrée ou un pays sauvage nouveaux, entouré des matières premières de la vie. Il escaladerait les troncs abattus des arbres des forêts primitives.

Pour Thoreau, "est près du bien ce qui est sauvage". Cette notion de "sauvage" est vaste. Bien loin de la notion de sauvagerie liée à la cruauté, il lie le sauvage au primitif, à la vie non apprivoisée ni affadie. Vision probablement romantique des choses, un peu idéalisée, mais qui se veut à l'opposé d'une société rationnelle et ordonnée. Au travers du sauvage, Thoreau souhaite y retrouver l'énergie vitale des primitifs, celle que la civilisation aurait oubliée ou refoulée, libre des dogmes et des contrôles.

Mais pour Thoreau, l'Ouest est aussi le sauvage, ce nouvel Eden de son monde en construction. Pour le coup, l'auteur se révèle être plus chauvin que dissident. Néanmoins sa vision n'est pas celle de l'exploitation des ressources mais plutôt l'occasion d'un ressourcement avec le sauvage. Malheureusement, l'histoire montrera autre chose, laissant à la nature justes quelques parcs naturels.

Moraliste, Thoreau peut sembler être le philosophe rebelle des grands espaces, mais ce serait oublier qu'il vécut toute sa vie à Concord, à la lisière sauvage, explorant en marchant les alentours, poussant parfois plus loin, profitant tour à tour des bienfaits de la nature et de ceux de la vie civilisée et intellectuelle. En cela, il me plaît bien, car j'y retrouve un penchant personnel fort, celui du besoin de nature et de culture, l'un n'étant pas opposé à l'autre, mais l'un s’entremêlant à l'autre, se nourrissant l'un et l'autre. Et marcher en pleine nature, pour moi, est devenu un besoin puissant, tout comme pour Thoreau.

Envie de soutenir le blog ?

  • Commander votre livre sur Amazon : Marcher
Mais n'hésitez pas à soutenir votre libraire local en lui commandant cet ouvrage. 
"Marcher" - Henry David Thoreau "Marcher" - Henry David Thoreau Reviewed by Julien le Naufragé on jeudi, janvier 04, 2018 Rating: 5

Aucun commentaire:

Concours

Fourni par Blogger.